Jeux de société,  S'amuser

Top 7 des meilleurs jeux coopératifs

Reading Time: 10 minutes

Depuis le grand succès de Pandemie (dont on a parlé ici et de sa campagne ici), j’ai l’impression que les jeux coopératifs se sont multipliés. Nous mêmes avec M. Platypus, on en a testé quand même beaucoup ! Et avec le confinement, on a pu y jouer à encore plus héhé (même si on a aussi joué à des jeux compétitifs).

Il y a entre autres (j’en oublie sûrement certains) :

  • Les jeux auxquels on ne joue qu’une seule fois : Unlock, Exit, T.I.M.E Stories, Chronicles of crime, Detectives
  • Les campagnes : Horreur à Arkham, Le seigneur des anneaux, Pandemie Legacy
  • Les jeux rapides ou les “party games” : The game, The mind, The fox in the forest duet, Just one, Fiesta de Los Muertos, Magic Maze, Esquissé, Profiler 
  • Les jeux de plateaux : Pandémie, Mysterium, l’île interdite, ghost stories, Zombicide, Horrified

Dans cet article, j’ai décidé de mentionner mes 7 jeux coopératifs préférés. Ca donnera un peu d’idées à ceux qui veulent autre chose que les jeux compétitifs ! Et puis, ça crée une meilleure ambiance quand on est coincés dans le même appartement avec la personne qui a essayé de vous détruire pendant 1 heure haha laugh

Evidemment, c’est très personnel car j’ai tendance à préférer les jeux narratifs. Et je ne peux pas mentionner ceux auxquels nous n’avons jamais joués. Et pourtant, j’aimerais vraiment bien essayer Sherlock Holmes – Detective conseil mais M. Platypus pense que ça va être trop dur et trop long. J’aimerais bien essayer Detective, l’as d’or 2019 (wink wink à M. Platypus) mais il pense que ça ne nous plairait pas trop.

1. Unlock

Unlock (1er jeu: Unlock escape adventure)
– 2 à 6 players
– 60 min pour chaque scenario
– Auteurs : Cyril Demaegd, Thomas Cauet et Alice Carroll
– Illustration : Arnaud Demaegd, Pierre Santamaria, Florian de Gesincourt et Legruth
– Edition : Space Cowboys

J’en ai déjà parlé en 2018 ici mais Unlock continue à rester un de mes jeux préférés. On en parlait avec des amis, c’est vraiment plus sympa d’y jouer à 2 parce que sinon, il y en a toujours qui ne suivent pas trop. Et en plus, les cartes ne sont pas non plus très grandes… Ici, l’objectif, c’est résoudre des énigmes, assembler des indices et résoudre des problèmes.

En tout cas, au risque de me répéter, j’aime :

  • Résoudre une énigme. En général, elles sont bien faites et certaines sont très innovantes !
  • Que le temps soit compté (oui, ça crée du suspens)
  • L’interactivité avec l’application

Les bémols:

  • Dans certaines énigmes, la résolution est un peu tirée par les cheveux (surtout quand ça sort du cadre de l’histoire)
  • La boîte est chère pour 3 parties de moins d’une heure 

2. Ghost stories

Ghost stories
– 1 à 4 players
– environ 60 min
– Auteur : Antoine Bauza
– Illustration : Piérô La lune
– Edition : Repos production

On n’en n’a jamais parlé dans aucun des articles jusqu’à maintenant, et pourtant, Ghost stories est un super jeu ! Et qui se rejoue très bien car on a dû faire 7-8 parties et je continue à ne pas m’en lasser (malheureusement, nos partenaires de jeux viennent de partir, il faut qu’on trouve d’autres personnes). Un jeu jusqu’à 4 joueurs qui se joue en 1 heure environ. 

Nous sommes des samouraïs et l’objectif est de survivre même si des monstres apparaissent chaque nuit, avant l’arrivée du grand méchant Wu-Feng. 

Je le dis tout de suite, le jeu n’est pas facile. On a toujours perdu en mode normal et comme je vous ai dit, on a fait au moins 7-8 parties (certaines en mode facile parce qu’il faut bien gagner de temps en temps).

Ce que j’aime : 

  • La rejouabilité
  • Son côté pas si facile que ça : le fait qu’il soit difficile stimule quand même beaucoup et on ne s’en lasse pas. On peut choisir entre 2 pouvoirs et c’est vrai que même en ne prenant pas les pouvoirs au hasard, ça peut être dur !
  • Le temps de jeu et la mise en place ne sont pas très longs : en 1 heure, c’est faisable

Les bémols :

  • Comme je le disais, j’aime les jeux qu’on découvre et qui ne se joue qu’une seule fois et dans ce cas, il s’agit de la même histoire. Pour l’instant ça va. Mais c’est vrai qu’il n’y a pas d’effet de surprise (bon, Wu-Feng peut être quand même différent à chaque fois)

3. Detectives : City of Angels

Detectives: City of Angels
– 1 à 5 players
– Environ 1h30 en mode coopératif
– Auteur : Evan Derrick
– Illustration : Vincent Dutrait
– Edition : Van Ryder Games

Un jeu d’énigmes et de résolutions d’enquêtes qui peut se jouer soit en mode compétitif soit en mode coopératif. Il y a trop de jeux avec le même nom, je pense qu’il faudrait quand même essayer de créer des variantes, on commence à s’y perdre. Mais revenons à nos moutons… Comme nous n’avons joué qu’à deux avec Mr Platypus à Detectives : City of Angels, on ne l’a testé qu’en mode coopératif et j’ai beaucoup aimé ! 

Néanmoins, Mr Platypus m’a expliqué les variations en mode compétitif et si je pense qu’il doit être beaucoup plus long dans ce cas là (il y a un maître du jeu qui doit choisir les réponses et les tendre en secret à un joueur), à mon avis, il est suffisamment bien pensé pour que le jeu continue à être chouette.

Le jeu se passe à L.A. et nous devons résoudre des énigmes. Au total, il y a en a 9 dans la boîte de base (mais on a l’extension héhé, ça nous laisse encore plus d’énigmes à résoudre). La plupart du temps, c’est savoir qui a fait un crime, avec quoi et pour quel motif.

Au début, je trouvais le jeu un peu facile et je me disais que c’était parce qu’on essayait les scénarios pour débutants. Il s’avère qu’on avait pas les bonnes règles et que le jeu est beaucoup plus rapide qu’on ne le pensait. Heureusement, même avec un décompte des jours bien réalisé, on aurait quand même gagné héhé (on a quand même perdu une partie “standard” et pas encore essayé les scenarii difficiles)

En revanche, je ne pense pas que la version ait été traduite en français…

Ce que j’aime : 

  • Les illustrations : les illustrations sont vraiment chouettes et donnent une teinte et une ambiance au jeu assez poétiques et rétro. J’adore !
  • L’écriture des scénarios : ils sont bien écrits et les histoires sont cohérentes par rapport aux objectifs et par rapport à ce qu’on découvre. Et franchement, je suis impressionnée par tout le travail réalisé. Il y a un énorme livret à chaque scénario et les auteurs ont préparé des réponses dans beaucoup de cas. Chapeau !
  • La durée : comme on joue souvent le soir avec Mr Platypus, j’ai toujours peur qu’on soit un peu fatigué si le jeu prend du temps. Mais en fait, la durée est parfaite (1h-1h30 en comptant la mise en place). Et comme je dis, la version coopérative est plus rapide.

Les bémols :

  • Le livret : Je sais qu’on peut dire que je chipote, mais même si j’aime bien l’idée d’un livret qui nous permet de ne pas avoir besoin d’un téléphone portable, je pense qu’ils pourraient sortir une version avec une application pour voir si l’interactivité s’améliore. J’ai toujours peur que mon oeil traîne là où il ne devrait pas (en fait, c’est vrai qu’on apprend à se concentrer sur les bons chiffres).   

4. Horreur à Arkham / Le seigneur des anneaux

Horreur à Arkham (jeu de base)
– 1 à 8 joueurs
– Environ 2h30 avec la mise en place
– Auteurs : Kevin Wilson et Richard Launius
– Edition : Edge Entertainment, Fantasy Flight Games et Ubik
Le Seigneur des anneaux
– 1 à 5 joueurs
– environ 2h
– Auteurs : Nathan Hajek et Grace Holdinghaus
– Edition : Fantasy Flight Games

J’ai déjà parlé de Horreur à Arkham ici et j’ai déjà parlé du Seigneur des anneaux ici. Les deux jeux sont dans la même veine car ce sont des campagnes où il faut utiliser les forces de nos personnages pour avancer dans l’histoire mais il faut aussi se battre contre des monstres.

Dur dur de les départager car on a beaucoup plus joué à Horreur à Arkham et beaucoup moins au Seigneur des anneaux (M. Platypus attendait d’avoir toutes les cartes d’extension pour qu’on puisse rejouer…)

Ce que j’aime :

  • Le concept des campagnes : on avance dans une histoire, les parties sont de plus en plus dures et nous-mêmes pouvons réaliser nos forces et nos faiblesses et nous améliorer également. De plus, j’aime l’idée que certains choix qu’on peut faire dans une partie aient un impact sur les prochaines.
  • J’aime pouvoir créer mon propre deck : le fait de choisir les cartes qu’on veut permet de se dire qu’on va avoir une certaine stratégie et 

Les bémols :

  • Le temps nécessaire : d’abord, on construit son jeu de cartes et ça prend quand même beaucoup de temps. La mise en place peut être assez longue et les parties en elles-mêmes prennent un certain temps. C’est pour cette raison que Mr Platypus est réticent à jouer le soir à ces jeux après manger !
  • La difficulté : Horreur à Arkham surtout peut être un peu difficile. Nous, on joue en mode facile (haha). Mais même en mode facile, c’est rare de se sentir à l’aise dans une partie 
  • Les règles : il y a pas mal de règles, au début ça peut ne pas être évident

5. The fox in the forest duet

Fox in the Forest duet
– 2 joueurs
– environ 20 min
– Auteurs : Joshua Buergel
– Illustration : Keith Pishnery et Jennifer L. Meyer
– Edition : Renegade game studios

Un tout petit jeu pour deux joueurs ! Et qui se joue plutôt vite. Fox in the Forest duet est une histoire de cartes et de plis : laisser la personne ou non gagner (selon les cartes qu’on a) et essayer de bien compter comment gagner.

On a joué en mode facile et normal uniquement (on n’en n’est pas encore au mode difficile). Déjà, au mode normal, le niveau est déjà bien équilibré. Je n’ai pas l’impression que ce soit si facile de gagner. On a gagné 1 partie sur 2 en mode normal.

Ce que j’aime : 

  • Un jeu de plis : c’est rare qu’on joue beaucoup à des jeux de cartes, sans qu’il y ait besoin de plateaux. Donc je trouve pas mal de diversifier un peu.
  • L’équilibre du jeu : je trouve le principe intéressant. On doit essayer de gagner avec certaines cartes. Et en même temps, réfléchir au coup suivant…

Les bémols :

  • Le fait de ne pas parler : on ne peut pas communiquer les cartes qu’on a et il faut réfléchir un peu à ce qu’on a pour gagner ou laisser gagner la personne. Donc ça reste un jeu silencieux (alors que j’aime bien dans les jeux coopératifs pouvoir parler et élaborer des stratégies ensemble)
  • La rejouabilité : je n’ai pas forcément envie de rejouer tous les jours à The fox in the forest duet. Peut-être parce qu’on doit rester silencieux ? 

6. T.I.M.E Stories

T.I.M.E Stories (jeu de base)
– 2 à 4 joueurs
– D’expérience, prévoir 3h-3h30 (surtout pour les premiers scénarios)
– Auteur : Manuel Rozoy
– Illustrations : Benjamin Carré, Pascal Quidault et David Lecossu
– Edition : Space Cowboys

J’ai déjà parlé de T.I.M.E Stories en décembre 2019 ici et depuis, nous avons essayé plusieurs scénarios qui font que j’ai mis quelques bémols depuis sur mon avis très positif.

Le jeu reste néanmoins un bon jeu collaboratif et j’invite les gens à le tester pour passer un long après midi entre amis ! Les scénarios ne se jouent qu’en une seule fois, ce qui nous permet d’être dans une ambiance différente à chaque fois), et j’apprécie que les mécanismes soient différents selon les histoires. On n’a pas l’impression de se répéter, même si la base du jeu reste la même. Un jeu dense et long, à 4 joueurs maximum.

Pour éviter de me répéter, n’hésitez pas à aller sur cet article ici pour voir ce que j’aime et les bémols.

7. Just one

Just One
– 3 à 7 joueurs
– Environs 20 min
– Auteurs : Ludovic Roudy et Bruno Sautter
– Edition : Repos production

En général, je ne suis pas fan des jeux d’ambiance mais Just one est light et se joue vraiment avec tous types de joueurs. En tout cas, même ceux qui n’aiment pas trop les jeux de plateaux aiment ce jeu là. Et l’avantage, c’est qu’il se joue rapidement. A faire pour commencer une soirée jeux !  

Le principe ? Il faut faire deviner à un joueur un mot mystère en écrivant un seul mot sur une tablette chacun de son côté. Mais il ne faut pas choisir l’évidence-même car tous les joueurs ayant le même mot l’effacent, réduisant ainsi les indices. 

Ce que j’aime

  • Un jeu pas prise de tête : la mise en place est super rapide, les règles sont très simples à expliquer et on peut commencer tout de suite. Et surtout, pendant le jeu, on ne se prend pas trop la tête
  • La rapidité du jeu : prévoyez 15-20 min par jeu

Les bémols :

  • Il n’y a pas vraiment de challenge : on gagne à peu près à tous les coups. Donc j’avoue que c’est un peu frustrant. On peut quand même essayer d’être un peu original dans le choix des mots pour créer un peu de diversité 
  • La rejouabilité : je ne trouve pas la rejouabilité vraiment géniale pour être honnête.
  • Le fait qu’on ne parle pas beaucoup : le but est de ne pas communiquer avec les autres pour ne pas donner d’indices. Mais ça perd un peu en ambiance

Conclusion 

Voilà, quelques idées pour des jeux coopératifs ! Parce que c’est sympa aussi de ne pas forcément combattre contre l’autre haha. Même si vient un moment où c’est important d’avoir des jeux compétitifs smile

Je n’ai pas mentionné Pandémie, qui reste quand même à mes yeux une référence en termes de jeux coopératifs mais que j’ai trop joué et qu’on ressort un peu moins depuis qu’on a fait la campagne avec Mr Platypus (on a fait un article dessus ici d’ailleurs). Néanmoins, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est aussi un jeu que je recommanderais !

Et vous ? Y a-t-il des jeux coopératifs que vous recommenderiez ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *