Mes petites découvertes - bilan du mois

Mars 2020 – Mes petites découvertes et bilan du mois

Reading Time: 5 minutes

Le mois de mars a été marqué (comme tout le monde) par le télétravail, l’annulation de nos sorties chez des amis ou dehors et j’ai même arrêté mes cours de yoga. Je m’étais inscrite pour des cours de aqua yoga mais je n’ai pas encore pu commencer un seul cours arf… On a appris à rester dans un appartement ce mois-ci avec M. Platypus ! Mais on garde quand même le moral et on arrive à faire plein de choses. Donc retour sur ce mois de mars 2020 !

J’ai essayé : la crème faite maison

J’ai toujours eu des problèmes de peau et j’ai la peau qui craquèle si je ne mets pas de la crème tous les jours (voire deux fois par jours selon la crème que j’utilise)… bref, j’ai toujours beaucoup investi dans les crème pour prendre soin de la sécheresse de ma peau. 

Une copine m’a conseillé une crème faite maison à base de beurre de karité et d’huile de noix de coco. J’ai donc testé et je peux le dire : j’aime beaucoup donc je partage également ! Merci en tout cas à Charline de m’avoir partagé cette recette 🙂 

Le site de la recette est : https://www.misspetitsproduits.com/chantilly-de-karite-recette/

J’avoue que je n’avais jamais essayé jusqu’à maintenant de crème faite maison car je me disais que la stérilisation des ustensiles étaient un peu laborieuse. L’avantage, c’est que dans cette recette, on n’a pas besoin de beaucoup d’ustensiles (ouf!). Mais oui, j’ai quand même désinfecté tout.

Par rapport à la quantité, je dirais que le pot de crème tient environ 2 semaines.

Mes conseils (avec ceux que j’ai glanés de ma copine) : 

  • Ne pas oublier l’huile végétale : c’est ce qui rend la mousse un peu onctueuse
  • Dans la confection, prenez quand même un grand saladier. Le mien était un peu petit et j’ai un peu galéré au moment le plus délicat de la recette : battre le beurre de karité. Au début, on se dit que le beurre est un peu dur mais il faut garder confiance smile
  • C’est une évidence mais je ne l’ai pas fait assez : bien mélanger pour que le beurre de karité n’ait plus de gros bouts. Je reconnais que je n’ai pas mixé assez et je me suis retrouvée avec des gros bouts de beurre de karité un peu difficiles à étaler
  • Le site où je me suis procurée les ingrédients (pour ceux qui habitent en Angleterre) : the soap kitchen

Le résultat en photos !

J’ai appris une nouvelle compétence : faire de l’arigumi (crochet en 3D) !

J’en ai déjà parlé mais je fais de temps en temps des ateliers au Folkhouse (le site ici) et cette fois-ci, j’ai appris le crochet. 

Pour apprendre de nouvelles activités, je privilégie les ateliers. C’est plus motivant de le faire avec d’autres personnes – même si on constate qu’elles se débrouillent beaucoup mieux que nous hm hm… – et d’avoir une personne qui nous aide à chaque fois qu’on a un problème.

Retour sur l’atelier :

  • La prof était vraiment sympa et j’encourage ceux qui parlent anglais à connaître son site : http://tenguerengue.com/ 
  • Vous pouvez d’ailleurs acheter sur son site les kits d’arigumi avec patrons et matériels
  • Bon, il est clair qu’il n’est pas possible d’apprendre le crochet et de finir le projet en une seule journée. Je pense que c’est surtout chouette quand on connait déjà les bases. Mais justement, l’atelier m’a quand même permise de découvrir une activité 
  • Heureusement que nous n’étions que 4 parce que c’est juste infaisable de montrer le crochet de loin. Donc il a fallu que la prof passe du temps avec chacune d’entre nous pour nous montrer. Et pendant ce temps, les autres essaient et attendent.
  • Comme j’étais totalement novice, il a fallu que je m’accroche vraiment et le conseil, c’est de continuer le plus possible les jours d’après de faire du crochet pour que la main s’habitue d’elle même. Je n’avais pas fait ça et j’avais tout oublié ! sad J’ai eu de la chance que la prof organise un café où j’ai pu lui reposer les questions.

Je trouve l’arigumi super chouette. J’ai vu que sur internet, il était possible de télécharger des patrons gratuits et je vous dirai quand j’aurai terminé et compilé les meilleures adresses…

Mais donc oui, je conseille vivement d’essayer.

J’ai lu : Aux origines du monde : Contes et légendes du Viêtnam 

J’aime beaucoup le concept des contes et légendes, et je remercie Hélène (si elle me lit !) de m’avoir offert ce beau cadeau. Les textes du livre Aux origines du monde : Contes et légendes du Viêtnam ont été réunis et traduits par Maurice Coyaux, directeur de recherche du CNRS et Xuyên Lê Thi, maître de conférence.

Les légendes sont une façon de raconter le monde, de l’appréhender et de lui donner une cohérence. Et il est toujours intéressant de savoir comment les différentes “civilisations” ont tenté de donner un ordre aux différents phénomènes. En plus, comme je suis d’origine vietnamienne, c’est aussi un gage de transmission sur ses propres origines.

Mine de rien, j’ai parfois dû regarder sur internet pour être sûre de savoir de quoi on parlait : par exemple les limules (héhé, ce sont des animaux), l’aréquier ou les plats banh chung / banh dày…). Les sujets sont divers : on peut lire des contes qui racontent l’origine du monde et du Vietnam, mais ils couvrent également les légendes sur les animaux, les fêtes; les plats, ou des histoires extraordinaires.

Les histoires courtes et j’ai beaucoup apprécié les illustrations à l’encre. Les histoires sont bien écrites. C’est assez drôles, car autant je me disais que c’était un livre que je pourrais utiliser pour raconter des histoires des enfants, autant certains contes ne sont pas dénués de violence et n’ont pas forcément de morale… Mais encore une fois, il n’y a rien de mieux que d’approcher une culture par les histoires et les légendes. Et si vous êtes intéressés, la maison d’édition (Flies France) a publié plusieurs livres sur différents pays. A découvrir donc ! smile

Le jeu du mois : Detectives : City of Angels

Un jeu auquel on peut jouer à deux quand on est enfermé à cause du coronavirus (et pour éviter de se faire la guerre aussi)! 

Detectives : City of Angels est un très bon jeu collaboratif avec 9 scénarios au total dans lesquels on doit résoudre une enquête. On peut y jouer en mode compétitif mais avec M. Platypus on joue en mode uniquement collaboratif.

A Los Angeles, il faut se déplacer, interroger des suspects, fouiller certains lieux. Il faut bien choisir car on a un nombre limité de mouvements et d’actions. Et il faut résoudre ce crime !

C’est intéressant parce qu’on émet des théories, on essaie de comprendre ce qui s’est passé, on se demande à quel moment on doit faire en sorte de confronter certains suspects. Bref, on passe un bon moment. Je recommande !

Et vous ? Avez vous des recommandations ou des petites découvertes pour ce mois de mars ? A bientôt !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *