Etats-Unis

Voyage aux Etats Unis – conclusion

Reading Time: 4 minutes

Un dernier article pour clôturer notre récit de voyage ! On vous envoie les liens utiles, nos conseils généraux (si c’était à refaire) et notre conclusion. N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires, vos conseils pour les prochains voyageurs.

Raconter notre voyage nous a permis de le revivre mais on espère aussi que sa lecture a pu vous aider ! En tout cas, c’est en lisant des blogs qu’on a pu mieux préparer le nôtre. En termes de ressources, on vous conseille :

  • Site internet:
  • Livres :
    • Les parcs nationaux de l’Ouest américains, le Routard: il manquait toute la partie Los Angeles mais il a recouvré beaucoup de notre propre voyage. Quand on dit « le Routard », ça fait toujours un peu démodé. Mais on s’en est bien servi. Surtout pour réserver des hôtels car ceux référencés par Booking étaient peu nombreux et chers. N’hésitez pas à feuilleter les pages du livre
    • Parc Nationaux de l’Ouest américain, Guide évasion: plutôt axé sur les balades
  • Je referais le même parcours : j’ai beaucoup aimé notre parcours. Il nous a offert des moments très chouettes et le voyage était vraiment magnifique !
  • Je choisirais des hôtels situés près des parcs que je souhaite voir le matin: avec M. Platypus, nous avions peur d’être fatigués après plusieurs heures de randonnée et nous avons choisi des hôtels près des parcs qu’on visitait dans la journée. C’était donc le matin que nous faisions de la route. Nous avons pris le rythme américain de nous lever aux aurores ! Mais après réflexion, avec la chaleur, il est vraiment préférable de commencer à marcher plus tôt que 9h. Choisir de faire la route le soir ne nous aurait pas déranger et nous aurait permis de profiter de températures plus clémentes.
  • Je prendrais peut-être davantage le temps dans certains parcs: avec la liberté de la voiture, on veut souvent faire un grand parcours et voir le plus de choses possibles. Mais il y a quelque chose d’antinomique à découvrir à la fois le plus d’endroits et prendre son temps. Et prenez en compte la logistique (trouver à manger, se reposer, se renseigner sur les parcs, faire des courses…) qui grignote aussi la journée. Comme évoqué dans mes anciens articles, j’aurais bien aimé passer une journée de plus dans quelques parcs comme Canyonlands et The Arches, moins connus du grand public et pourtant vraiment jolis (et peut-être un peu moins de temps à Page)
  • Je reprendrais ma carte Révolut: la carte Révolut est gratuite, sauf ses frais de port (à 6 euros) et permet de payer sans frais les transactions en dollars, au taux de conversion du jour. Les seuls moments où elle n’a pas été acceptée était pour les machines automatiques pour le plein de la voiture et les parkings. Donc n’hésitez pas à vous renseigner
  • Je reprendrais le Beautiful pass : vous pouvez l’acheter directement dans les parcs et il s’amortit très rapidement. Donc si vous allez dans au moins 2-3 parcs, il vaut carrément le coup.
  • Je viendrais début mai : il a fait assez chaud (jusqu’à 36 degrés) et nous étions fin mai-début juin. Au moins, le soleil était au rendez-vous. Mais à mon avis, la période idéale est plutôt début mai.
  • Je téléchargerais également les mêmes podcasts: les podcasts ont permis de passer de supers moments pendant nos heures de voiture. J’essaierai de faire un post dessus mais effectivement, c’était une bonne idée de prendre le temps de télécharger des émissions à écouter :

Conclusion

Après avoir détaillé en long et en large notre périple américain, c’est vrai qu’on en revient toujours à la question suivante « qu’est-ce que ce voyage m’a apporté et comment a-t-il enrichi ma vie ? ».

La richesse de la randonnée

Tout d’abord, le voyage a été une opportunité de découvrir des paysages uniques : sans fin, sauvages et abruptes.

Mais ce que j’ai également retenu (ou en tout cas, ce voyage a consolidé cette idée) est le fait que la beauté du lieu ne résonnait pas de la même façon en moi s’il n’avait pas été accompagné d’un effort pour le découvrir – par une randonnée notamment.

On n’apprécie l’environnement qu’à travers les efforts réalisés pour l’assimiler, et même si ce voyage n’a pas été déclencheur d’une nouvelle habitude, il fait en tout cas partie d’un processus dans lequel je vais plus volontiers faire des randonnées.

Le paysage du désert

D’autre part, ça a été une super expérience de retrouver l’environnement du désert .

Certains paysages résonnent dans des imaginaires, certains plus que d’autres, et le désert fait partie des endroits qu’étrangement j’apprécie. Malgré l’aridité. Par sa sécheresse et son étendue, le paysage des parcs des parcs américains est ambivalence: on a l’impression qu’il nous absorbe, que nous ne sommes que de minuscules cailloux et en même temps, on se rend compte de la fragilité de son éco-système et notre besoin de préserver ce genre d’espaces.

Ma nuit préférée a été à Monument Valley : face au désert, avec un minimum de pollution lumineuse et une vue extraordinaire sur la voie lactée.

Notre rapport avec la nature

Et évidemment, le paysage des parcs américains nous fait poser des questions sur notre rapport avec la nature . Abey, dans Désert Solitaire, le dit mieux que moi : (je ne traduis pas, désolée !)  « wilderness is not a luxury but a necessity of the human spirit and as vital to our lives as water and good bread. A civilization that destroys what little remains of the wild, the spare, the original, is cutting itself from its origins and betraying the principle of civilization itself ».

Enfin, ça a été une superbe aventure avec M. Platypus. Nos moments les plus magiques – les fous-rires, les exclamations communes – ne se trouvent pas en photos.

C’était un super voyage. Et on espère en faire un l’année prochaine (destination en cours de négociation héhé).

A bientôt !

Psst… Retrouvez le détail jour après jour de notre voyage de la Côte Ouest des Etats Unis ici :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *