Jeux de société moyens

La Course vers El Dorado : notre avis

Reading Time: 4 minutes

On a joué suffisamment de fois à la Course vers Eldorado pour pouvoir vous faire un debrief  smile Au final, un bon jeu familial, plutôt décontracté même si les victoires se jouent au fil du rasoir. Il y a un peu de stratégie sans qu’elle ne soit trop poussée. Conclusion : un bon jeu, assez court, pour novices ou pour joueurs plus expérimentés !

Caractéristiques

Nombre de joueurs: 2 à 4
Durée : 40-50 min
Auteur : Reiner Knizia
Illustrations: Franz Vohwinkel
Edition: Ravensburger
Prix (affiché mai 19) : 32 euros

Le pitch 

La route d’Eldorado – Miguel et Tullio

– Suivons le chemin !
– Quel chemin ?
– Le chemin que nous traçons !

Il s’agit de citations tirées du film mais qui résume bien le jeu. Car c’est la ruée vers la contrée mythique de l’El Dorado, whoho ! Plusieurs explorateurs s’affrontent pour être le premier arrivé et toucher l’or , mais évidemment, il faut d’abord réussir à traverser les déserts, jungles et lacs.

Heureusement, nous bénéficions d’une équipe sur laquelle nous pouvons compter et qui va nous aider à traverser ce parcours semé d’embûches.

A chacun de notre tour, on tire 4 cartes de notre paquet (au départ, les paquets de base sont les mêmes pour tous), et on décide d’utiliser ses cartes:

  • soit pour avancer
  • soit pour investir dans des personnages plus expérimentés ou des ustensiles qui nous aideront à avancer plus rapidement.

Evidemment, il faut avancer le plus possible, se frayer un chemin, bloquer un peu les autres, mais investir également sur les cartes avant qu’elles ne partent trop vite.

Le jeu s’arrête dès qu’un joueur atteint El Dorado. Ensuite, pour que tous aient joué le même nombre de tours, tous ont le droit de jouer une dernière fois (sauf les personnes entre le premier joueur et celui qui a atteint le premier El Dorado)

L’avis de Mrs Monkey

Nombre de joueurs avec lequel j’ai testé le jeu: 3 & 4
Ma note: 15/20

La course vers Eldorado est un bon jeu court/moyen et qui pourrait se jouer en famille. Le mécanisme du jeu est simple et les choix étant restreints, les tours sont assez rapides. Pour l’avoir testé avec des joueurs expérimentés et non expérimentés, tous ont apprécié ce jeu.

Ce que j’ai aimé

  • Un mécanisme de jeu plutôt simple et le côté familial du jeu : c’est un jeu light où on ne se casse pas la tête pour gagner
  • Certaines parties se gagnent au fil du rasoir : c’est une course contre les autres. Les parties sont serrées et c’est excitant !
  • La partie deck building : à chaque tour, on choisit entre avancer et investir dans de nouvelles cartes. L’avantage d’avancer le plus possible est de pouvoir bloquer les autres qui sont après, et qui doivent alors ronger leurs freins. Mais manquer certaines cartes peut vous faire perdre la partie car les cartes de base ne sont pas suffisantes pour passer certains passages
  • Des éléments bien pensés  : je trouve que l’idée d’avoir le même nombre de tours pour tout le monde équilibre le jeu. J’en ai parlé dans le pitch : une fois qu’un explorateur a atteint El Dorado, ceux qui n’ont pas eu le même nombre de tours rejouent une fois pour espérer pouvoir atteindre le but. Et ensuite, on départage.

Deuxième point malin : pour départager, on utilise des tuiles « ralentisseurs » : tant qu’un explorateur n’a pas utilisé les cartes nécessaires pour les franchir, personne ne peut avancer. Mais une fois que cette tuile est franchie, elle est mise de côté et donnée à l’explorateur, et les autres n’ont pas besoin de se défausser de cartes.

Ainsi, on ralentit le premier joueur mais il y a aussi un intérêt à franchir le premier ces tuiles « ralentisseurs », car parmi ceux qui ont atteint El Dorado, celui qui a le plus de tuiles « ralentisseurs » a gagné !

Ce jeu n’est pas pour / inconvénients

  • Les stratèges purs et durs : le jeu étant assez simple, le nombre de stratégies pour gagner n’est pas non plus légion. Lorsqu’une personne gagne, il ne m’a pas semblé que c’était grâce à une stratégie bien pensée. Il y a une partie de deck-building où à chaque tour on choisit d’avancer ou d’utiliser nos cartes pour améliorer notre jeu. Mais le jeu est trop court pour que l’amélioration des cartes soit déterminante pour gagner. Par rapport aux parties jouées, ceux qui avaient gagné n’étaient pas ceux qui avaient le plus investi. (*)
  • Une rejouabilité limitée : même si les différentes tuiles hexagonales permettent de créer des parcours différents à chaque fois, il ne me semble pas que les situations de jeu soient si différentes les unes des autres. Pour l’instant, j’ai joué à 4 parties différentes. Si mon avis change, je n’hésiterai pas à mettre à jour cet article ! 

(*) PS : bon, on s’est rendu compte avec M. Platypus que nous n’étions pas obligés de jeter les cartes non utilisées à chaque tour et qu’on pouvait les garder pour les tours suivants. Peut-être que ça altère le jeu ?

L’avis de Mr Platypus

Ce jeu reprend le principe de Clank!, mais en allant à l’essentiel : que du bonheur ! L’alliance du deck-building et d’autres mécanismes – ici la course – m’attire et renouvelle le genre si vous êtes habitués à Dominion et autres Star Realms.

Les personnes à qui nous avons fait découvrir le jeu, aussi bien novices que chevronnées, ont toutes passé un bon moment ! Voilà un jeu que je ressortirai toujours avec plaisir.

Prochaine étape : tester la variante avec les tuiles “grotte” ! Et comme mentionné par Mme Monkey, jouer avec les bonnes règles 😉

Ma note : 3 statuettes dorées.

Et vous ? Qu’en avez-vous pensé ?