Environs de Bristol,  Europe

Weekend dans les Cornouailles : les sites visités

Reading Time: 5 minutes

L’année 2019 commence sur des chapeaux de roue, puisque nous avons décidé de passer nos premiers jours de l’année dans le Sud-Ouest de l’Angleterre : les Cornouailles ! Nichée à quelques heures de Bristol, cette région regorge de très belles balades à faire. Elle ressemble à bien des aspects à la Bretagne (ou selon M. Platypus, au Cotentin) : les petits villages de pêcheurs alternent avec les paysages aux bras de falaises qui s’enfoncent dans la mer, les vagues claquent sur les rochers, et tout ça sous l’œil attentifs des goélands. Retour sur 3 jours de visites et de ballades.

Comment y aller

Si un train existe entre Saint Ives et Bristol, à l’intérieur des Cornouailles, la voiture est nécessaire. Attention, dans certains endroits, les rues sont parfois assez étroites et sinueuses.

Avec M. Platypus, nous avons préféré prendre la voiture. Nous logions à Saint Ives pendant toute la durée du séjour. Environ 3h30 sont nécessaires pour y aller.

Tintagel

On les voit de loin : ce sont les ruines du château !

Nous sommes en plein dans les mythes et légendes avec Tintagel, puisque l’endroit est connu pour y avoir élevé le futur roi Arthur et pour avoir abrité les amours de Tristan et Yseult.

La poste de Tintagel !

Gurnard’s head

Bon à savoir : le château du roi Arthur est fermé en hiver depuis quelques années pour cause de travaux. Nous n’aurons donc pas l’occasion de visiter la demeure mais nous aurons au moins l’opportunité de nous promener sur la péninsule, très jolie. L’eau, en particulier, est d’une clarté impressionnante.

Gurnard’s head, c’est ma ballade préférée des Cornouailles. Et pourtant, rien n’est évoqué dans notre guide du Michelin et rares sont les blogs qui en parlent. C’est vrai que c’est un peu paumé. Mis à part le café/auberge devant lequel nous avons pu nous garer, même si nous n’étions pas clients (ok, en hiver, c’est pas comme si on volait la place de quelqu’un…), Il n’y a pas âme qui vive.

Et c’est dans une atmosphère de terre désertée par les hommes que nous nous sommes promenés. La ballade a été extraordinaire. Au loin, on voit les oiseaux qui s’étirent dans le ciel. Les corbeaux croassent avec des bruits qui ressemblent à des petits pets haha. La vue de la côte est magnifique. Sur le chemin, on arrive devant des vieilles ruines et devant les traces d’une ancienne chapelle, ce qui renforce l’impression de solitude. Comme quoi, on trouve des trésors aussi par hasard.

Cape Cornwall

Il faut monter un peu sur la falaise, à l’endroit où se dresse l’ancienne mine d’étain et de cuivre, pour apprécier le panorama du Cape Cornwall. Un joli moment.

Sennen et Land’s end

Au loin, Land’s end

C’est à Sennen que nous mangerons et c’est à partir de Sennen que nous rejoindrons Land’s end, la pointe la plus occidentale de l’Angleterre. J’ai trouvé la vue de Land’s end jolie mais c’est surtout la ballade entre Sennen et Lands’end qui reste dans les mémoires.

On aperçoit au loin ces rochers qui s’enfoncent dans l’eau. Il y a des points de vue magnifiques et la ballade, assez courte, est accessible pour tous. En janvier, il n’y a personne mais j’imagine facilement à quel point le sentier peut-être pris d’assaut quand les beaux jours arrivent.

Le village de Sennen est également très joli !

Minack Theater

Minack Theater est un théâtre en plein air construit dans le creux des falaises et qui surplombe l’océan. Nous ne sommes pas allés voir une représentation et nous n’avons pas payé pour rentrer dans le théâtre. A côté en revanche, on peut se promener un peu et profiter de la vue du théâtre au loin

Mousehole

Mousehole est minuscule mais je comprends pourquoi il était dans le guide du Michelin. C’est un petit village de pêcheurs vraiment charmant avec des jolies maisons.

St Micheal’s mont

St Micheal’s mont pourrait faire pâle copie par rapport au Mont français mais son côté plus petit lui donne un charme certain. Quand la marée est basse, on se promène jusqu’au mont (nous n’avons pas été dans le château, qui était fermé). Quand la marée est haute, a priori, il existe des bateaux qui permettent d’atteindre le château pour 2£. C’est là que vivraient encore les descendants du colonel John Aubyn.

St Ives

C’est à St Ives que nous avons passé le plus de temps (en plus, nous avions pris nos quartiers dans cette ville). J’avais un petit a priori sur cette petite ville et j’admets que j’avais un peu peur qu’il ne s’agisse que d’un endroit touristique. J’avais tort : j’ai beaucoup aimé ce petit port de pêche. L’endroit est un peu plus développé que les petits villages que nous avons parcourus et bien décoré aussi en hiver.

C’est très agréable de se promener dans les petites rues, d’explorer le Tate Museum (pas longtemps car je reste malheureusement assez fermée par rapport aux œuvres d’art contemporaines), de découvrir les plages de sables désertes et de se promener sur de la verdure. Le port semble être l’endroit le plus animé mais je conseille vivement de s’enfoncer un peu dans la ville pour découvrir son charme.

Conclusion

Nous ne connaissons pour l’instant la région des Cornouailles qu’au plus froid de l’année et nous avons eu beaucoup de chance car il n’a pas plu du tout. L’avantage en hiver, c’est que les principaux habitants des petits villages de pêcheurs et même des villes plus développées sont sans conteste les goélands. Et il fait bon d’entendre les oiseaux, d’écouter les vagues frapper les rochers et sentir l’air marin. Il fait bon de se promener et d’apprécier des paysages magnifiques (je ne sais pas combien de fois j’ai écrit ce mot) en étant seuls. Je pense qu’en été, l’ambiance est totalement différente. La plupart des hébergements doit être bien rempli mais il y a sûrement plus de soleil. En tout cas, on espère revenir avec les beaux jours !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *