Asie

3. Trois semaines au Japon – Tokyo : Yanaka et Ueno

Reading Time: 7 minutes

Aujourd’hui, nous restons à Tokyo car nous partirons le lendemain à Nikko. Au programme de la journée : une visite du vieux quartier de Tokyo (Yanaka), et visite du palais impérial. Tout ne se passera pas comme prévu mais ça restera une superbe journée.

Visite de Yanaka

Yanaka est le vieux quartier de Tokyo, au Nord Est de la capitale. Comme le mentionne le Lonely Planet, ce quartier a survécu au séisme de Kanto et aux bombardements alliés de la Seconde guerre mondiale. 

Un des temples de Yanaka

Comme tous les jours, nous partons tôt pour éviter le monde, et effectivement, dans cet endroit de la ville déserté des touristes et à une heure aussi matinale, il y a peu de monde ! L’endroit, empreint de cette atmosphère d’antan, est plaisant à visiter : on sillonne parmi les quartiers pavillonnaires, les pierres tombales et les cerisiers solitaires. 

Tennoji temple

Tennoji temple est le premier temple à la sortie de la gare. Il n’est pas très grand mais il est calme. C’est assez bizarre car portes et fenêtres sont ouvertes, mais l’endroit est désert. Comme nous n’avons pas l’habitude, nous nous sentons un peu intimidés et on ne reste pas longtemps.

Cimetière de Yanaka

Le cimetière de Yanaka est vaste ! 

A travers le cimetière, on peut traverser l’allée de cerisiers en fleurs, la « Sakura Dori Street », qui est déjà très agréable mais doit être encore beaucoup plus impressionnante quand les fleurs ont éclos. 

La “Sakura Dori Street”

J’aime assez me promener parmi les tombes. J’ai l’impression de m’approcher plus étroitement d’une culture une fois que j’ai visité un cimetière: sa localisation au niveau de la ville en dit long sur la place de la mort dans la société, la disposition des pierres parlent de la hiérarchisation ou non d’une société, les rites évoquent les croyances implicites…

Dans le cimetière de Yanaka, Les tombes sont plutôt étroites, et ça tient du fait que les personnes sont incinérées. Et on observe un agencement assez dense des pierres. Et ce qui est agréable, c’est que la nature n’est jamais très loin !

On peut donc observer les monuments en pierre (haka) où sont entreposées les urnes. En lisant un article de Wikipedia, il apparaît que les caractères peints en rouge sur certains monuments de pierre symbolisent la volonté d’un mari et d’une femme de se rejoindre dans la tombe quand l’un d’eux décède en premier. La peinture est effacée à la mort du conjoint. 

Sur les grandes pièces en bois (sotoba), on inscrit le nom du défunt, et qui sont divisés en 5 parties, chaque partie ayant une représentation symbolique. 

Il y a également des gravures (sympbiles), qui en fait marquent l’appartenance au clan familial.

Jomyoin temple

On y trouve non loin du cimetière le temple boudhiste « Jomyoin temple » où sont alignés 84,000 Jizo. Ils aiment vraiment les Jizo ici. En tout cas, la cour offre un spectacle étonnant.

Yanaka Ginza 

N’hésitez pas à faire un tour à cette petite allée commerçante et de vous promener dans les quartiers. Il y a vraiment cet air d’antan !

Une des devantures de rue

A Yanaka Ginza street, tous les magasins n’étaient pas encore ouverts quand nous sommes arrivés et nous avons visité en long et large une pharmacie haha.

C’était le moment de constater tous les trésors qu’une pharmacie japonaise regorge en son seing (patchs chauffants, patchs chauffants aussi pour les yeux, masques de tissus, vitamines…) J’ai failli craquer pour les patchs chauffants mais finalement, je n’ai pas testé….

Donc nous avons surtout visités les boutiques touristiques, et j’ai beaucoup aimé l’atmosphère. J’avoue aussi que j’avais envie de manger, et que pas mal d’endroits donnaient envie, mais je me suis retenue. 

Le quartier de Ueno

Avant de partir de Tokyo, on voulait profiter une dernière fois du quartier de Ueno.

Le parc Ueno

J’apprécie vraiment ce parc populaire, où on voit à la fois touristes et locaux profiter du hanami. Le parc est bien plus rempli qu’il y a deux jours, et j’imagine que la météo ensoleillée y était pour beaucoup.

C’est aussi l’occasion de voir à quel point les photos de fleurs de cerisiers est sont une coutume. Nous aussi, pendant tout le voyage, on s’est déchaîné ! 

L’entrée du parc : je ne sais pas si on voit toutes les personnes attroupées ?

Yamashiroya, l’immense magasin de jouets

Dans le quartier de Ueno, il y a aussi l’incroyable magasin de jouets Yamashiroya qui s’étend sur 7 étages. Je crois qu’on y a bien passé 1h voire 1h30 dedans. Il y en a pour tous les goûts : souvenirs japonais, Marvel, Disney, jouets Ghibli, Pokemon etc. Je vous dit, il y a 7 étages. Et c’est assez drôle, car il y a beaucoup de Français.

Déjeuner à Inagi Koppo Zuei

Après cette longue matinée (car on s’est levé tôt), il est temps de manger et de nous faire plaisir. Et quand je dis qu’on va se faire plaisir, c’est aussi parce qu’on décide d’essayer le restaurant le plus classe du séjour (hors dîner dans un ryokan) : un restaurant d’anguilles à Inagi Koppo Zuei.

Miam, j’adore les anguilles ! good Situé au dernier étage d’une tour à l’orée du parc Ueno, le restaurant jouit d’une superbe vue sur le lac. Bon, les anguilles c’est cher mais c’est tellement bon ! Je ne sais pas combien de fois je vais le dire héhé. On a pris la boîte moyenne « Una-ju », une boîte laquée qui sert de récipient pour le plat. J’avais peur que ça ne fasse pas beaucoup mais finalement, ça allait.

Le restaurant est un peu classe donc c’est aussi l’occasion d’apercevoir les femmes habillées en kimono pour l’occasion.

Palais impérial 

Par cette météo ensoleillée, c’est le moment d’en profiter et d’aller visiter le palais impérial. On n’a pas pu réserver des billets pour une visite guidée gratuite. Aucun des billets n’était disponible, donc je ne sais pas si les billets sont réservés d’assaut ou si les billets n’étaient juste pas disponibles à la réservation à cause d’un évènement commémoratif. 

Bref, on  a prévu de visiter seulement le jardin et on prend le train… 

Sur le chemin du palais impérial

…Et on se retrouve devant portes closes haha. Donc bon à savoir, le lundi, le palais impérial et son jardin sont fermés

C’est l’occasion de rester un peu à la station de Tokyo sur un banc et de regarder les gens à la place smile

Dîner

J’ai quand même besoin de faire une pause et une bonne sieste. Donc on rentre à l’hôtel et je peux profiter de leur onsen (un bain chaud) au sulfite !

Franchement, c’est top : l’onsen de l’hôtel est propre, il n’y a personne et c’est une pause beaucoup plus relaxante que ce à quoi je m’attendais. Nous avons eu des journées bien remplies les deux précédents jours, et je n’en n’ai pas profité avant, mais pour le reste du séjour, j’en profiterai dès que possible.

Note pour les futurs visiteurs sur les onsens
Le onsen, c’est un rituel japonais. Ce sont les bains publics qu’on trouve aussi dans certains hôtels. Quand on rentre, il y a une première salle avec des casiers où on se déshabille totalement. Dans la salle des bains, on se lave d’abord (soit sur un petit tabouret, soit accroupi). Et enfin, on rentre dans le bain chaud.

J’avais un peu peur au début de ne pas être à l’aise avec la nudité. Mais finalement, ça va tout à fait ! Dans cet hôtel, il n’y avait personne mais dans d’autres, tout le monde est respectueux. Et c’est super d’être dans un bain chaud quand on est propre.

Pour le dîner, nous décidons de manger un katsudon près de l’hôtel. Un katsudon, c’est du porc pané cuit avec un œuf sur un bol de riz qu’on assaisonne avec une sauce à base de sauce de soja. J’adore ça même si avec le temps, je crois que j’aime aussi les tonkatsu – simplement du porc pané avec le riz, ce qui garde le croustillant de la panure.

Au hasard d’une rue, la devanture d’un restaurant nous fait de l’œil. On dirait un endroit comme dans les mangas ou les BD de Taniguchi dans le Gourmet solitaire

Devant le restaurant (si un jour vous tombez par hasard?)

Au bar, il y a celui qui s’occupe d’aplatir le bœuf et s’occupe de la cuisson. Il y a également celui qui s’occupe de la friture. Pour l’instant, il y a deux personnes assises seules, chacune au bar. C’est un peu exigu. On accroche nos manteaux sur le mur juste derrière nous. 

C’est super bon et ça reste un de mes souvenirs préférés en termes d’expérience culinaire japonais.

On est bercé par la quiétude du lieu, le battement entêtant du porc, l’odeur de friture, les gens seuls qui rentrent et qui sortent. Ici, on ne parle que japonais et même avec les signes, la serveuse a eu du mal à comprendre qu’on voulait payer l’addition. Et encore une fois, c’était très bon. Le restaurant clôt une superbe journée.

N’hésitez pas à commenter et à bientôt pour la prochaine journée !

Psst… Retrouvez tous les articles liés au Japon sur cette page :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *