Grossesse

Chronique de ma grossesse – 4ème mois

Reading Time: 4 minutes

Je continue ma chronique de ma grossesse ! Je ne sais pas si ça peut intéresser car chaque grossesse est différente mais en tout cas, ça m’a fait du bien de l’écrire.

Donc voici mon 4ème mois de grossesse. Peut-être quelques personnes s’y retrouveront et pour ceux ou celles qui aimeraient avoir le point de vue de tout ce qu’on ne raconte pas forcément, quelques lignes dessus !

Mon état physique : premiers vomissements et retour à la normale

C’est normalement le mois où tout se rétablit et du retour à la normale. Étonnamment, c’est le mois où j’ai eu mes premiers vomissements. Pour l’instant, je n’en ai eu que deux : dans le premier, je n’avais rien dans le ventre et dans le second, j’ai recraché mes lasagnes (désolée, ce n’est pas très ragoûtant ce que je raconte). 

Je dois reconnaître que j’ai quand même moins besoin de faire des siestes tous les jours, ce qui est bon signe. J’ai même fait l’effort de manger avec mon équipe une fois ou deux. Le seul hic, c’est que je me suis retrouvée à aller deux fois de suite à  manger une pizza. Et je me rends compte que la pizza, ça ne me met pas dans un super état…

Officialisation de la venue de bébé

Le 4ème mois est aussi le mois où on officialise la venue de l’enfant.

Je sais que je reste encore un peu trop stressée par rapport à ça. Tout le monde se réjouit pour toi et de mon côté, j’ai toujours une peur sous-jacente que quelque chose se passe mal. C’est pour cette raison que j’ai vraiment hâte de sentir le bébé à l’intérieur.

D’un côté, toute la famille et les amis savent désormais que nous attendons un bébé, et de l’autre j’ai l’impression que rien ne s’est concrétisé dans mon corps étant donné que je ne sens pas les mouvements du bébé. C’est un sentiment complexe d’impatience, d’anxiété et en même temps de joie quand on annonce la nouvelle.

Justement, par rapport au fait de ne pas encore sentir le bébé…

Je dois quand même dire que depuis une semaine, j’ai l’impression de sentir plus d’air ou d’entendre plus de bruits. Mais je ne sais pas si c’est bébé ? Ou si c’est juste mon ventre qui grogne toujours famine ? Haha, j’ai quand même hâte que tout soit plus clair.

Malgré mon anxiété, je sais que c’est dans l’ordre des choses de ne pas sentir le bébé tout de suite (il faut juste faire fi de toutes les questions que les gens vous posent comme si c’était la marche normale de sentir le bébé tout de suite ou il faut éviter de comparer avec les autres), et que tout va quand même bien.

Je crois qu’au fond de moi, je suis juste anxieuse de perdre ce qui est le plus important pour moi. J’ai même fait quelques cauchemars dernièrement ! Je ne les raconte pas mais ça allait de choses graves aux choses tragiques. Hm hm…

On dit que la maternité fait ressortir les éléments les plus enfouis en soi : apprendre à faire la paix avec ses démons et régler les choses liées à notre enfance. Peut-être que mes cauchemars sont liés à quelque chose de plus profond, mais c’est sûr qu’ils m’ont fait réfléchir…

Quand j’ai compris que je devais travailler sur moi

Dernièrement, j’ai aussi réalisé l’impact que mon humeur pouvait avoir sur les autres et de l’importance de prendre soin de moi et de ceux que j’aime.

J’ai eu un rhume énorme dernièrement avec les fêtes de Noël. Les grèves à Paris m’avaient beaucoup fatiguée et le pic a été atteint chez mes beaux-parents quand mon nez coulait sans discontinuer. Mr Platypus ne m’avait jamais vue aussi malade.

Je ne voyais pas le bout du tunnel. Au point que ça m’a complètement désespérée. J’ai même pleuré devant mes beaux parents à table ! Et le lendemain, j’ai dit des choses horribles à Mr Platypus, à tel point que je l’ai fait pleurer.

C’est à ce moment-là que je me suis rendue compte que j’étais allée trop loin. Savoir que j’avais fait pleurer l’homme que j’aimais le plus au monde, celui qui me soutenais le plus et que j’avais le plus envie de protéger, ça a été comme un électrochoc. Si je pensais que je pouvais agir comme bon me semble car mon comportement n’affecterait que moi (et aussi parce que j’étais enceinte et que oui, y a quand même l’impact de mes hormones !), je me trompais. Et c’est aussi à ce moment là que j’ai réalisé que je devais prendre soin non seulement de moi, mais aussi de Mr Platypus. Et que j’avais une famille à protéger : lui et le bébé.

Donc à partir de ce moment là, j’ai décidé d’arrêter de me laisser aller. Je me suis longtemps reposée sur Mr Platypus pour mon bien-être et je reconnais qu’il reste primordial. Mais moi aussi je dois prendre soin de moi. Pour moi, pour lui et pour bébé.

Je me rends compte aussi que les hormones commencent à faire effet. Je suis plus sensible et je pleure vraiment facilement. Rien que de dire à Mr Platypus que j’étais heureuse avec lui, ça m’a fait pleurer. Ou même quand je suis fatiguée : je me mets à pleurer.  

Les gens qui touchent le ventre

Enfin, dernier point marquant de ce 4ème mois : les gens qui touchent mon ventre ! Je pensais que c’était un mythe, que personne n’oserait. Mais il y a plusieurs personnes qui l’ont fait depuis qu’on a annoncé la naissance. Certains se sont excusés quand ils se sont rendu compte qu’ils caressaient mon ventre, mais d’autres non. Pour l’instant, je n’ai pas fait de commentaires, mais je vais commencer à m’imposer. Mon bébé n’est pas un bien public et je ne comprends pas pourquoi les gens touchent mon ventre. Arf !

Juste un petit mot sur le 4ème mois…

Je pense que le 4ème mois est un des mois de ma grossesse qui ont été les plus difficiles à vivre, en tout cas de mon côté. Ca n’a pas été glamour, et c’est vrai que je ne vous vends pas du rêve haha.

Mais je pense que c’est important de dire que tout n’est pas facile dans une grossesse, qu’on se pose plein de questions et que c’est normal ! Et finalement, ça passe (en tout cas pour moi !).

Et c’est aussi en passant par ces moments là qu’on peut nous aussi, en tant que futures mamans, évoluer et devenir plus fortes smile

Et vous ? Comment avez vous vécu votre 4ème mois de grossesse ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *